06/11/2009

HOMMAGE POUR LE MOINS CONTESTABLE

HOMMAGE DU NUMERO 2 D’OUSSAMA BEN LADEN

AU

DEFUNT CHEF TALIBAN PAKISTANAIS

SUR

LE SITE DE CENSORED31

 

 

Parcourant le site de « l’imam de Skynet », je découvre un article, une analyse, en fait, un texte avec « traduction effectuée par Censored31 ». A la lecture, il m’apparaît fort vite qu’il s’agit d’un texte mouliné au traducteur « Google » (ou tout autre équivalent), texte qui est un « Hommage à un homme idéal qui est décédé: le martyre Baitullah - (qu'Allah soit satisfait de lui) », hommage rendu « par le cheikh Ayman Al-Zawahiri (qu'Allah le bénisse) ».

 

Ces 2 noms m’étant familiers, le contenu de « l’hommage » me paraissant instructif sur une forme d’Islam moins louable, il m’a semblé utile de vous en faire partager la substantifique moelle.

 

  1. Après une recherche très rapide, il apparaît que le texte original arabe a été traduit en anglais et se trouve sur le site « Ansar Al-Mujihadeen Network » et que Censored31 a en posté la traduction française sur son site ainsi que sur le site « AAMN » précité dont il est membre et contributeur.

·         Ce site n’accepte de nouveau membre que sous le « parrainage » d’un membre existant ou sous acceptation préalable du « conseil du forum » (aucun commentaire de ma part, juste un certain étonnement quant à la prudence des responsables du site)

 

  1. Réserves d’usage :

 

·         Le texte intégral –version anglaise– est disponible sur le site http://www.ansar1.net/showthread.php?t=15062

·         Le texte intégral –version française- est disponible sur le blog http:/censored31.skynetblogs.be/

·         Je ne partage en aucun cas les idées véhiculées par les sites repris ci-dessus 

·         Seuls mes commentaires du présent billet m’engagent.

 

  1. Question préalable : qui sont Ayman Al-Zawahiri et Ameer Baitullah Mehsud ?

 

·         Mohammed Ayman al-Zawahiri Rabaie (Arabe: أيمن محمد ربيع الظواهري, Ayman Mohammad Rabayaḥ az-Zawahiri, né le 19 juin 1951 - ) est un membre important voire le principal idéologue du réseau al-Qaida et anciennement à la tête de l'organisation paramilitaire du Jihad islamique égyptien. Il est connu sous les noms : Abou Mohammed, Abou Fatima, Mohammed Ibrahim, Abou Abdallah, Abou al-Mu'iz, le docteur, le professeur, Nour, Oustaz, Abou Mohammed Nour ad-Dîn, Abdel Mouaz (Abdel Moez, Abdel Mouez) et d'autres pseudonymes.250px-Ayman_al-Zawahiri_4th_as-Sahab_interview

En 1998, il avait au préalable fusionné le Jihad islamique égyptien (reconstitué en partie en Talaëh al-Fatah) avec al-Qaida. D'après les témoignages d'un ancien membre d'al-Qaida, il a travaillé pour al-Qaida depuis son début et était un cadre de la choura. Il est souvent décrit comme le lieutenant du chef d'al-Qaida, Oussama Ben Laden. Il est admis qu'al-Zawahiri est le médecin de Ben Laden.

 

·         Baitullah Mehsud (Pachto: بیت اللہ محسود; Ourdou: بیت اللہ محسود;  né en 1974 – décédé en août 2009) était un proche allié d'Al Qaïda, considéré comme l'ennemi public numéro un au Pakistan. Mehsud s'est autoproclamé fin 2007 chef des talibans pakistanais Agé d'environ 35 ans, Mehsud est le fils d'un prêcheur musulman sunnite. Après avoir été éduqué dans une école religieuse, il part pour l'Afgha200px-Baitullah_Mehsud-AFPnistan au milieu des années 1990 pour combattre aux côté des talibans dans la guerre civile. Jusqu'à son retour au pays, les talibans du Waziristan du Sud étaient dirigés par l'ancien prisonnier de Guantanamo Abdullah Mehsud. Celui-ci meurt en juillet 2007 lors d'un assaut de l'armée. Bien que quasiment inconnu à l'époque, Baïtullah Mehsud prend rapidement sa place et crée un réseau fédérateur, le TTP. Tout en signant des accords de paix avec le gouvernement, il ouvre des camps d'entraînement pour les recrues et étend son influence dans la région. A l'été 2007, l'armée donne l'assaut contre la Mosquée Rouge d'Islamabad, devenue un foyer islamiste radical. Les islamistes répondent en lançant une vague d'attentats qui ont tué près de 2.000 personnes en deux ans. Le gouvernement en a attribué 80% au TTP, dont celui qui a tué l'ancien Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto en décembre 2007. Le TTP en a lui-même revendiqué de nombreux parmi les plus violents. Les Etats-Unis avait offert cinq millions de dollars pour la mort du chef des taliban pakistanais,

 

  1. Morceaux choisis (copier/coller)

 

·         « Il a apporté un faisceau de lumière, le Jihad et les opérations Martyres effectuer par les frères en Islam en sacrifiaient leur vie, en délaissant ce bas monde et ses richesses, en laissant femmes et enfants derrières eux. »

 

·         « Il leur a ordonné le djihad sacré comme outil unique afin de se défendre contre l'agression des Américains et leurs agents au Pakistan et en Afghanistan. Cela a motivé des milliers vers le Jihad et a développé un désir de devenir Martyre pour la cause d'Allah décrit comme telle dans la sourate 2 ;194. Chaque foyer avait un Mujahid, chaque tribu avait ses martyrs, des Moujahideen désirant devenir Martyre afflouaient de partout, ainsi que des immigrants en provenance de l'Afghanistan ainsi que tous les autres pays Musulmans du monde »

 

·         « Je dis aux Américains, aux Croisés, aux dirigeants et aux apostats de l'Afghanistan et le gouvernement du Pakistan que vous avez tué Baitullah qui est allé vers son créateur comme martyr, mais vous n'avez pas tué l'islam et le djihad. »

 

·         « Ici, vous êtes ... en nos terres, les Américains, les Croisés et leurs dirigeants, en observant l'augmentation de la guerre Sainte après la mort de Baitullah. Cela va augmenter encore plus inch'Allah jusqu'à ce que vous quitté l'Afghanistan battus et humiliés. Nous vous apportons de bonnes nouvelles en provenance d'Afghanistan et du Pakistan, qu'il n'y aura pas de fin et le flux des pertes, des blessures et de la mort persistera à moins que vous prenez la fuite. »

·         « Voici Obama en acceptant toutes ces implantations réparties dans la bande et à Jérusalem et en montrant peu de pitié et en exerçant aucune pression envers les Nazies du gouvernement d'Israël. Est-il clair pour nous que Obama est un criminel de guerre, ou avons-nous besoin de voir plus de crimes à Kaboul, Bagdad, Mogadiscio, ou à Gaza avant de nous rendre compte que ce n'est un fasciste? »

 

·         « Ces règles ont pour but d'affaiblir les moudjahidin, afin d'arrêter le Jihad, favorisant la corruption, la dissolution, la prostitution et la pédophilie sous la tutelle d'un gouvernement sioniste avec l'aide des Croisés. »

 

·         « La nation a pour de découvrir tous ceux qui sont ses ennemis, qui sont parmi nous, dans notre propre peau, qui utilisent la langue et portent nos noms. Ils sont comme des vers de terre qui pénètrent dans nos os, qui nous rend faible dans nos bras, et qui est un poison qui coule dans nos veines comme un vaccin. »

 

  1. Commentaires

 

·         Cet hommage ressemble plus à une apologie du crime, justifiée pour la cause d’Allah, qu’a des éloges funèbres d’un frère musulman ayant vécu dans l’amour et la miséricorde divine.

·         Le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique Barak Hussein Obama y est décrit comme « un criminel de guerre » et « un fasciste ». Pour rappel, Obama, dans son discours d’investiture du 20 janvier 2009 avait clairement exprimé son intention vis-à-vis des musulmans de chercher « une nouvelle façon d'avancer fondée sur notre intérêt mutuel et notre respect mutuel ».

·         Les croisés veulent affaiblir les moudjahidines en favorisant la pédophilie sont un poison similaire au vaccin… 2 thèmes très sensibles pour Censored31 : «  un journaliste d'investigation sur les réseaux de porno enfantine dans des affaires de pédocriminalité … mais également chercheur et analyste concernant le terrorisme d'État moderne (l'affaire GLADIO, le danger des vaccins,... »

·         Le texte est un hommage à un taliban, qui pour rappel est le terme français de l’arabe طالب [ṭālib], « étudiant » ou « chercheur », pl. طلاب [ṭullāb] en arabe ; طالب [ṭɔˑˈlɛb], pl. طالبـان [ṭɔˑlɛˈbɔˑn] en paṣto) et est une personne qui adhère à un mouvement fondamentaliste musulman qui s'est répandu au Pakistan et surtout en Afghanistan depuis octobre 1994.

·         Que Censored31 a placé la traduction française de ce texte sur le site d’Ansar Al-Mujihadeen Network  en y ajoutant la dédicace suivante : « May Allah protect the Moujahideen and their families. Amin » ce qui se traduit littéralement par « Puisse Allah protéger les moudjahidines et leurs familles. Amen ». Les moudjahidines étant, dans ce contexte très précis, bien définis et identifiés comme les combattants islamistes contre les « croisés » et leurs agents.

 

  1. Question essentielle :

Entre l’islam et l’islamisme, il n’y a pas de différence de nature mais de degré. Il n’y a pas de bon ou mauvais islam, pas plus qu’il n’y a d’islam modéré.

En revanche il y a des musulmans modérés. Et c’est bien là qu’est le problème. Qui qualifiera t’on de musulman?

Celui qui stigmatise et tue les infidèles, les idolâtres, les athées, les mécréants, bref tous ceux qui sèment la violence sur la terre comme l’ordonne le coran ?

Celui qui choisit de lire le coran autrement avec une lecture évoluée, pacifiée, bref tous ceux qui veulent la considérer comme une religion et pas comme un outil politique ?

Malheureusement de nos jours, ces derniers sont considérés comme hérétiques et apostats par rapport à l’interprétation traditionnelle musulmane qu’en font les premiers.

Censored31, un musulman converti et « journaliste indépendant » nous présente-t-il sa théorie des « accommodements raisonnables » sous le couvert d’une liberté d’expression défendue en démocratie pour nous emmener vers un rigorisme religieux défendu en théocratie ?

 

A vous de juger !

 

 

multiculturalitéLa démocratie est un luxe, comme la justice est un luxe.

La démocratie est un état instable, non spontané, non naturel, en équilibre sur le tranchant d'une lame de couteau.

La démocratie est un effort et une vigilance.

 

François Cavanna

Les pensées (1994)

05/11/2009

Résitance, Laïcité, Vigilance et Démocratie

Retranscription d’une Partie de l’interview

 d’Anjem Choudary

BBC Août 2005

parlant des attentats du 7  juillet 2005 à Londres

 

Source : http://www.wat.tv/video/choudary-1oyg2_1oy1l_.html

             version traduite avec sous-titre

Source:  http://www.youtube.com/watch?v=C73ePf_2KVw

            version originale anglaise disponible ci-dessous

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Anjem_Choudary

 

 

LJ : Le Journaliste « Stephen » de la BBC

AC : Anjem Choudary

------------------------------------------

LJ :

Je me demande tout simplement pourquoi vous ne condamnez pas cela.

Alors que votre propre leader Omar Bakry a dit très simplement : « Je condamne le massacre d’innocents le 20 juillet ».

Pourquoi ne le dites-vous pas à votre tour ?

AC :

Non, au bout du compte « les gens innocents » quand nous disons « les gens innocents », cela signifie les musulmans. En ce qui concerne les non-musulmans, ils n’ont pas accepté l’islam et en ce qui nous concerne, c’est un crime contre Dieu.

LJ :

Laissez-moi clarifier ce que vous dites, c’est très important. Vous dites que seuls les musulmans peuvent être considérés comme des innocents ?

AC :

En ce qui concerne les musulmans, vous êtes innocent si vous êtes musulman. Alors vous êtes innocent aux yeux de Dieu. Si vous n’êtes pas musulman, vous êtes coupable de ne pas croire en Dieu. Oui il y a de nombreuses victimes…

LJ :

Coupable…coupable… Êtes-vous sérieusement en train de nous dire que tous ces gens, dans ces rames de métro et dans ce bus à Londres le 7 juillet constituaient d’une certaine façon des cibles légitimes ?

AC :

Vous ne me permettez pas de répondre entièrement à votre question, Stephen, vous n’irez jamais au fond des choses. Laissez-moi commencer par dire, qu’en tant que musulman, vous devez prêter allégeance à ce à quoi la charia vous dit de prêter allégeance. Vous devez haïr et aimer pour l’amour d’Allah, vous devez louer et blâmer ce que la charia vous dit de louer et de blâmer. Alors en tant que musulman, je dois soutenir mes frères et sœurs musulmans plutôt que les autres, je leur dois allégeance, je dois coopérer avec eux, je dois les aimer, et de la même façon, je dois haïr tout ce qui n’est pas islamique.

 

 

AC :

Alors pour continuer sur ce point précis : pour ce qui est des musulmans, leur loyauté ira toujours aux musulmans. Aussi je ne condamnerai jamais un musulman pour ce qu’il fait. De fait, je dois le soutenir, qu’il soit l’oppresseur ou l’opprimé.

LJ :

Le cheikh Bakri a déclaré que la Grande-Bretagne est dar al-Harb. Ce qui veut dire « zone de guerre », une zone où…

AC :

Mais elle a toujours été dar al-Harb ! Elle a toujours été dar al-Harb ! Dar al-Harb, c’est là où ne règne pas la loi islamique. Le monde entier aujourd’hui est dar al-Harb. Dar al-Harb…

LJ :

La particularité d’un territoire qui est dar al-Harb, c’est que vous et votre groupe, vous estimez par ce fait autorisés à y commettre des opérations violentes.

AC :

Le fait que la terre entière est dar al-Harb, il y a des endroits où les musulmans s’emploient activement à libérer la terre, il y a d’autres endroits…

LJ :

Alors pourquoi Omar Bakry a-t-il déclaré le 18 janvier que la Grande-Bretagne était dar al-Harb, si ça a toujours été le cas ? Pourquoi a-t-il cru bon de le dire ?

AC :

Ca a toujours été dar al-Harb. Oui, parce que vous ne vous êtes jamais donné la peine d’écouter auparavant, mais le fait est que, de dar-al-Harb, la Grande-Bretagne est devenue dar al-Fitna. Dar al-Fitna, c’est le lieu où le respect pour la vie et la loi des musulmans n’est plus assuré. C’est cela le changement. Autrement, la Grande-Bretagne a toujours été dar al-Harb.

LJ :

Ayman Zawahiri a dit qu’il croit y aura, qu’il devrait y avoir de nouvelles opérations [terroristes] à Londres, « Inch’allah ». Vous pensez comme lui ?

AC :

Eh bien, je pense que c’est inévitable, si vous ne changez pas la cause de ce qui s’est passé le 7 juillet [attentats de Londres] et ce qui s’est passé…

LJ :

Je ne vous demande pas si vous pensez que c’est inévitable, je vous demande si comme lui, vous les appelez de vos vœux.

AC :

Non, nous ne les appelons pas de nos vœux, nous appelons le public et le gouvernement britannique à se réveiller, à retirer ses troupes d’Irak, à arrêter de soutenir…

LJ :

Je ne vous questionne pas sur le gouvernement britannique, je vous demande de me donner voter opinion sur les nouveaux appels des dirigeants d’al-Qaida à commettre des attentats au Royaume-Uni et au cœur de Londres.

AC :

C’est son appel, n’est-ce pas ? Alors, de toute évidence…

LJ :

Alors je vous demande : le condamnez-vous ?

AC :

Non, je ne pourrai jamais condamner un frère musulman, je ne condamnerai jamais un frère musulman, je soutiendrai toujours mon frère musulman, qu’il soit oppresseur…

LJ :

Donc vous le soutenez, vous voulez que les attentats continuent à Londres…

AC :

Attendez une seconde… attendez… laissez-moi m’exprimer…

LJ :

Vous le soutenez, vous venez de le dire…Vous venez de dire que vous le soutenez…

AC :

Je soutiendrai toujours mon frère musulman qu’il soit l’oppresseur ou l’opprimé.

04/11/2009

IRAN, UNE PUISSANCE DEVOILEE

ARTE FRANCE, LA REGION ILE-DE-FRANCE ET ARTLINE

en association avec

SHEHERAZAAD MEDIA INTERNATIONAL, LA CHAINE HISTOIRE, YLE TV1, RTBF, TSR

PRESENTENT

L'IRAN, UNE PUISSANCE DEVOILEE  (documentaire en 6/6 de +/- 20minutes)

Du début du siècle à nos jours, le récit de cent ans d'histoire mouvementée de l'Iran. Un documentaire inédit pour revenir aux sources des tensions avec l'Occident.

De la découverte de réserves pétrolières au début du XXe siècle à la crise du nucléaire actuelle en passant par le coup d'État américain de 1953 qui réinstalla le shah au pouvoir et la révolution islamique de 1979, le documentaire retrace cent ans d'histoire d'un pays partagé entre religion et révolution moderniste, soumission et indépendance. Une fresque passionnante, une histoire vivante et tragique qui s'appuie sur des archives et des documents d'époque, mais aussi et surtout sur les récits de témoins éloquents : Hachemi Rafsandjani, ancien président de la République islamique, d'anciens chefs religieux, d'ex-membres de gouvernements iraniens et étrangers, des responsables de la CIA et du Mossad, des ambassadeurs, des Iraniens ordinaires...